19

03/14

Jessica lange l’anti-star au zenith

14 h 43 min par Thierry. Filed under: Infos générales

Jessica langePas exactement sexy, pas particulièrement tape-à-l’œil, mais redoutablement talentueuse. Mal employée dans le remake de « King Kong)) en 1976, elle décroche enfin un rôle à sa mesure avec « Ail that jazz)) (1979), avant d’éclater l’année suivante, aux côtés du monstre sacré Nicholson (« Le facteur sonne toujours deux fois»). Son répertoire dramatique bien rempli, Jessica s’essaie à la comédie. Choix judicieux : énorme succès public, « Tootsie» lui offre, en bonus, l’Oscar du meilleur second rôle féminin. Deuxième grand cru 1982, « Frances» confirme ses dons de comédienne. Une bonne raison pour faire la une de Vidéo 7 n° 20 en avril 83. Une période moins rayonnante s’annonce entre 1984 et 1986, sous le signe de l’échec (« Country », «Sweet dreams », «Crimes du cœur »). Du coup, Jessica se désintéresse un peu du cinéma, au profit d’une existence plus salutaire auprès de son Sam Shepard et de leur progéniture. 1990 : retour en force, sous la direction de Costa-Gavras (voir notre sujet dans Vidéo 7 n° 98 de mars 1990), dans une composition étonnante. «Music box » pourrait même l’alourdir d’un nouvel Oscar. Celui de la meilleure actrice, cette fois.