07

04/14

Meryl Streep plus oscar que carrosse

18 h 53 min par Thierry. Filed under: Divers sujets

Meryl StreepUne brève apparition dans « Voyage au bout de l’enfer» en 1978, un second rôle dans « Manhattan » puis «Kramer contre Kramer » en 1979, rien ne laisse pour le moment présager de sa gloire future. Son visage plutôt ingrat et son look mamie avant l’heure dissimulent des qualités exceptionnelles de comédienne. Spécialiste des rôles de composition longuement peaufinés avant chaque tournage, Meryl Streep gravit, lentement mais sûrement, les échelons de la gloire. «La mort aux enchères » (1982), « Le choix de Sophie» (1982), « Le mystère Silkwood » (1983), un palmarès prestigieux qui n’en finit plus. Imperturbable «rafleuse» d’Oscars, elle se compromet toutefois dans quelques semi-ratages (« Plenty», «Falling in love», «La brûlure»), vite enterrés par de nouveaux exploits (« Out of Africa » en 1985). Dans « lronweed », le face-à-face Streep-Nicholson en poivrots exubérants frise le cabotinage (voir sujet dans Vidéo 7 n° 71 d’octobre 1987). En 1989, «Un cri dans la nuit » enrichit sa collection d’une palme flamboyante (Prix d’interprétation féminine) à Cannes (voir sujet dans Vidéo 7 n° 89 de mai 1989). La routine ! Soucieuse de briser la monotonie, IVIeryl se tourne vers la comédie («She-devil » actuellement dans les salles, voir Vidéo 7 n° 98 de mars 1990) avec un personnage plus glamour, sinon sexy. A quand le «Streep-tease »?