22

05/14

Glory

16 h 00 min by Thierry. Filed under: Divers sujets

GloryQuoi ! Matthew Broderick, charmant lycéen il n’y a pas si longtemps («Wargames ») en colonel à moustache et barbichette, héros de l’armée nordiste pendant la Guerre de Sécession ? On est d’abord surpris, mais l’histoire est véridique, et la guerre n’a-t-elle pas toujours été un jeu d’enfant? Fils d’une riche famille de Boston, ce jeune idéaliste s’engage dans l’armée de l’Union. Vite capitaine, il se conduit en héros ce qui consiste à marcher, sabre au clair, sous le feu des canons, un vrai jeu de massacre. Il est alors nommé colonel d’un régiment nouveau, entièrement composé de volontaires noirs. Une décision de Lincoln, prise à un moment où le sort de la guerre était encore incertain. Bien entendu, si le Nord se battait en principe contre l’esclavage, il n’en était pas moins raciste : tous les officiers étaient blancs, et les soldats noirs ne furent d’abord employés qu’a de pénibles corvées. Après quoi, ils seront sacrifiés dans une bataille inutile. Le colonel gringalet les entraîne joyeusement à l’hécatombe. Courage et crétinisme étaient assurément les deux mamelles de ce genre de guerre absurde. Peu de films l’ont aussi bien montré que « Glory », au-delà du problème racial. Ici, le spectacle est grand, le cinéma règne.